-20%

Sac à main ,couffin,panier (ena asla) 100%fait main

36,00 

un beau sac a main panier tout pratique, utile et léger  – une broderie sous forme de lettres en arabe ” ena 3asla” qui signifie je suis une belle brune.

Livraison entre 1 à 2 semaines

UGS : 20086 Catégories : , Étiquette :

Description

Sac à main couffin, Panier (ena asla)

logo mc designer


  • Hand Made
  • Made in Tunisia
  • un beau sac a main tout pratique, utile et léger

  • Fabriqué de natte de jonc qui associe l’aspect traditionnel de couffin à la touche moderne 
  • une broderie sous forme de lettres en arabe ” ena 3asla” qui signifie “je suis une belle brune”
  • avec des paillettes lumineuse qui donne un éclat au soleil.
  • Contourné de cuire doré
  • parfait pour vos balade, sortie en mer, et pour les courses.
  • baskets 4212369 1280

    La vannerie, dénommée également sparterie ou “Tassalat” est un art connu depuis l’antiquité, les pièces les plus anciennes datent d’environ 10 000 ans.

    Au Maroc, la vannerie est un métier qui concerne en majorité les hommes, même si les femmes contribuent aussi à cet artisanat.

    Les techniques de tressage varient tout autant que les matières qui sont travaillées à la main pour donner naissance à de nombreux articles en vannerie. Depuis la nuit des temps, ces mêmes techniques sont employées…

    Généralement, les matières utilisées sont le rotin, l’osier, joncs, roseaux, “Smaar”, “G’dim” et les feuilles de palmier séchées. 

    LA VANNERIE ET LES MATIÈRES UTILISÉES

    Paniers, cabas, corbeilles, mobilier, chapeaux, sets de table, on distingue au Maroc et de partout, dans les souks, dans les ruelles des médinas, tout autant de produits issus de la vannerie.

    Les artisans marocains utilisent le plus souvent pour réaliser leurs tâches des végétaux tels que : le petit ou gros jonc qui varie selon les régions, à Essaouira on trouve ainsi un petit jonc dénommé Smaar, il est aussi dans la région de Marrakech, et un gros jonc qui provient encore de vers Essaouira.

    Ces joncs sont utilisés pour la fabrication de paniers en forme de tajines, des récipients, des dessous de plat, on l’appelle également le G’dim. A Marrakech on trouve le panier dit “Marrakchia” réalisé en feuilles de palmier. Les paniers que l’on aperçoit sur le dos des ânes “couffa” en berbère ou “Akrab” provient aussi de ces feuilles de palmier préalablement séchées.

    Des pigments naturels sont également utilisés pour les articles de vannerie, ainsi, murex, safran. Toutes les matières végétales sont récoltées au printemps et mis à sécher sur les toits plats durant l’été. Le travail de tressage se déroule durant l’hiver.

    Toutes matières végétales utilisées nécessitent des mains agiles et parfois très résistantes, certains travaux pour cela sont réservés aux hommes.
    Une fois les matières bien sèches, il convient d’en tirer des tiges, des folioles, des cordelettes, qui seront ainsi tissées, tressées selon différentes techniques.

    A préciser également que très souvent on entend dire que ce sont les feuilles du palmier Doum qui sont utilisées, c’est en réalité, les feuilles du faux palmier Doum, puisque cette espèce de palmier vit uniquement en Afrique tropicale.

    Pour ce tressage, les techniques employées et pour les produits de vannerie restent souvent les mêmes utilisées depuis la nuit des temps, ainsi, parmi ces techniques et procédés on retrouve : le tissé, le spiralé cousu, le cordé.

    L’ osier, le Roseau, le Rotin et les feuilles séchées de palmier sont fréquemment utilisés pour la vannerie dans la fabrication de produits issus de l’artisanat.

    La vannerie existe depuis la nuit des temps, aussi, les traditions se perpétuent même si les objets évoluent, les principes de tressages, et la culture de ces différents végétaux reste à peu près identiques…

    Les matières premières : 

    L’Osier

    wicker 3190506 640

    La culture de l’osier au Maroc n’est pas rare et des producteurs entretiennent ainsi toute la chaîne de cette culture particulière.
    L’entretien de l’osier se déroule entre avril et août, la coupe se réalise entre décembre et février.
    Au Maroc, le plus souvent l’osier est encore coupé à la serpe, de même écorcé à la main, les brins sont ensuite calibrés tous les 20 cm pour créer des bottes de différentes hauteurs, selon les utilisations et besoins des artisans.
    Il faut faire des bottes de tiges qui sur un côté vont tremper dans l’eau, ce qui facilite ensuite l’écorçage.
    Ce sont souvent des coopératives qui transforment ainsi l’osier, le raphia, le rotin, pour répondre aux besoins des nombreux artisans vanniers et en termes de production mais aussi de fourniture de matières premières.

    Le Roseau :

    reed 4229824 640

    Le roseau que l’on trouve dans la région de Marrakech, de Fès, de Meknès est également un végétal très utilisé.
    Autrefois, le roseau servait surtout de matériau d’emballage.

    Plus tard et aujourd’hui il est utilisé pour fabriquer des sous-plats, des petits paniers, et aussi des rouleaux de clôture.

    Le roseau nécessite aussi une longue préparation, il faut le nettoyer, le gratter, enlever toutes les feuilles et autres aspérités…Les tiges peuvent aussi être tressées entre elles, pour en faire également des parois qui seront utilisées comme isolant thermique.

    Le Rotin :

    basket 2246734 640

    Le rotin, par contre est acheté en Espagne.
    En effet, le Maroc ne produit pas du rotin, l’Espagne est la plaque tournante du commerce international du rotin et intermédiaire entre les pays demandeurs et les pays producteurs que sont l’Indonésie et les Philippines.

    Le vannier qui travaille le rotin s’abîme les mains, car cette matière à la fois souple et rigide demande également pas mal d’efforts à l’ouvrage et notamment sur l’articulation des doigts, des poignets, des mains…

    Il faut disposer d’un certain savoir-faire pour s’attaquer à des mobiliers en rotin, généralement, le vannier se fait la main sur de plus petits objets avant de s’attaquer à des pièces plus imposantes. Il convient d’acquérir une certaine régularité dans le tressage du rotin pour un travail soigné et régulier.

    Les Feuilles de palmiers séchées :

    palm leaves 961768 640

    Pour la réalisation de très nombreux objets propres à l’artisanat marocain, des plateaux, des dessous de plats, des paniers, des tressages sur fer forgé et bien d’autres, les feuilles de palmier séchées et transformées sont ainsi très utilisées dans l’artisanat du Maroc.

    Ce sont principalement les feuilles des palmiers issus des montagnes, une espèce de petits palmiers, qui sont utilisées.
    Ces feuilles sont découpées.
    On en tire de fines lamelles qui sont ensuite torsadées pour donner naissance à la corde nommée chrit.

    Cette corde est travaillée, tressée pour donner forme à de très nombreuses possibilités d’utilisation. Différentes techniques sont employées par les artisans qui disposent ainsi d’un savoir-faire hors du commun.

    LES TECHNIQUES DE TRESSAGE

    Le tissé, le spiralé cousu et le cordé sont ainsi les trois techniques les plus utilisées dans cet art que représente la vannerie.

    Le tissé concerne la même technique qui est employée au tissage. Les folioles, les tiges, vont passer à travers des montants, eux-aussi, fabriqués souvent à base de folioles de palme ou de cordelettes, le vannier tisse ainsi, un coup dessus, un coup dessous, tout comme une tisseuse peut le faire aussi sur un métier à tisser.

    Pour la technique du spiralé cousu, c’est à partir du centre que la vannerie prend forme. Pour commencer le travail le vannier utilise le plus souvent de fines tiges tirées de la hampe des palmiers dattiers, des palmes, des matériaux qui sont ainsi et successivement enroulés autour du montant pour le produit choisi qui peut être : un panier ou une corbeille.

    Enfin pour la technique du cordé, les matières utilisées sont travaillées à base d’une torsion ou d’une tresse. Ce procédé utilise souvent les matières les plus rigides, c’est un travail réservé aux hommes car cela nécessite tout de même un peu de force.

    Toutes ces techniques sont réalisées à la main.

    La base consiste donc à tresser les matières que sont l’osier, le rotin ou les feuilles ou hampes de palmiers.
    A ces procédés s’ajoutent aussi toute la créativité de l’artisan qui peut selon son inspiration apporté également des techniques d’embellissement aux produits réalisés.

    La technique du tissé, mêlée à de la toile ou sergé, donne lieu à des décors de chevrons ou de lignes croisées, de même aussi des ajours.

    Pour la technique du spiralé cousu, les décors jouent de la façon de croiser ou de tisser les brins. Ce procédé est également celui du galonnage qui peut inclure dans ce travail manuel d’autres matières comme du cuir ou du tissu ou une autre matière végétale comme la graminée.

    Enfin la technique du cordé permet elle aussi l’ajout de rubans ce cuir.
    Toutes les oasis sahariennes connaissent ces différentes techniques, de même les campagnes reculées, les décors dépendent des styles qui sont différents et influencés selon les régions. L’implication individuelle fait aussi et bien souvent les différences d’un produit à un autre.

    Chaque artisan vannier, homme ou femme, doit maîtriser les techniques avant de pouvoir prétendre à confectionner une vannerie parfaite, cela nécessite ainsi du temps et un savoir-faire indiscutable.

    Ces maîtrisent assurent ainsi la qualité du tressage, mais aussi la solidité de l’article réalisé, le travail respecte également l’utilisation de l’article qui doit être réalisé, paniers, couffins, chaises, corbeilles, chapeaux etc…

    La finition s’attache ainsi et non seulement à l’aspect esthétique mais aussi à la qualité d’un travail bien fait.

    Seuls les connaisseurs très exigeant peuvent faire la différence entre un travail de vannerie parfait et un article un peu bâclé. L’étranger, quant à lui, n’y verra que du feu, pour lui, le travail réalisé à la main et l’article proposé, seront toujours parfaits…

    Ainsi, dans les différentes communautés, les différentes coopératives, chez de nombreux artisans vanniers, la rivalité d’un travail parfait est souvent de mise. Les comparaisons ne sont jamais rares pour déterminer qui peut être valorisé d’excellent vannier ou excellente vannière, car selon les produits, hommes comme femmes sont concernés, une certaine réputation mais toujours sans rivalité se fait ainsi et tout naturellement valoir…

    Préparer l’osier

    1. Image intitulée Weave a Basket Step 1
      1

      Prenez des pousses de saule (ce sont les osiers). On peut faire des paniers avec n’importe quel type de roseau, d’herbe, de liane ou de branche souple, mais le saule est un choix populaire, car il donne un panier très solide lorsqu’il sèche. Vous pouvez couper des pousses de saule vous-même ou bien acheter de l’osier déjà séché chez un fournisseur de matériel d’artisanat traditionnel [1] .

      • Il faudra une grosse botte de brins épais, moyens et fins pour réaliser les différentes parties du panier. Assurez-vous que vous avez beaucoup de longues pousses fines. Plus elles seront longues, mieux ce sera, car vous n’aurez pas besoin d’en ajouter des nouvelles aussi fréquemment.
      • Si vous coupez vos pousses de saule vous-même, il faudra les faire sécher avant de vous en servir. Les pousses de saule rétrécissent au premier séchage. Laissez-les sécher pendant plusieurs semaines avant de vous en servir.
    2. Image intitulée Weave a Basket Step 2
      2
      Réhydratez les osiers. Si vous voulez tresser avec de l’osier, il faudra réhydrater les brins pour les assouplir. Faites-les tremper dans de l’eau pendant quelques jours, jusqu’à ce qu’ils se plient facilement sans se casser.
    3. Image intitulée Weave a Basket Step 3
      3

      Coupez l’extrémité des osiers. Choisissez plusieurs brins épais qui serviront à faire la base du panier. Utilisez des sécateurs pour couper huit sections d’osier de longueur égale. La taille de ces brins de base déterminera la circonférence du fond de votre panier.

      • Pour un petit panier, coupez des sections de 30 cm [2] .
      • Pour un panier de taille moyenne, coupez des sections de 60 cm.
      • Pour un grand panier, coupez des sections de 90 cm.
    4. Image intitulée Weave a Basket Step 4
      4
      Pratiquez une entaille au milieu de quatre de ces brins d’osier. Posez un brin sur le plan de travail devant vous. À l’aide d’un couteau aiguisé, pratiquez une entaille verticale de 5 cm au milieu du brin. Faites de même avec trois autres sections de base du panier de manière à obtenir quatre osiers avec une entaille au milieu .
    5. Image intitulée Weave a Basket Step 5
      5
      Réalisez la croisée. Il s’agit de la structure de base sur laquelle sera bâti le fond du panier. Placez les quatre osiers entaillés de manière à ce que les entailles soient alignées.
    6. Enfilez les quatre osiers restants à travers les entailles de façon à ce qu’ils soient à plat l’un à côté de l’autre et perpendiculaire aux osiers entaillés. Vous obtenez une forme de croix composée de quatre osiers de base enfilés dans quatre osiers entaillés. C’est ce qu’on appelle la « croisée ». Les osiers constituant la croisée sont appelés « bâtons de croisée  ».

      LA VANNERIE : LES TECHNIQUES DE TRESSAGE

    7. ET MATIÈRES UTILISÉES

    Partie2

    Tresser la base

    • Image intitulée Weave a Basket Step 6
      1
      Introduisez deux brins de clôture. Il est à présent temps de commencer à tresser votre panier ! Prenez deux longs osiers fins de longueur plus ou moins égale. Introduisez les extrémités de ces brins dans le côté gauche de l’entaille horizontale dans la croisée, de manière à ce que les brins dépassent de l’entaille à côté d’un des bâtons de croisée.
      Ces deux brins fins sont appelés « brins de clôture ». Les brins de clôture sont tressés autour des bâtons de croisée pour bâtir la forme de base du panier.
    • Image intitulée Weave a Basket Step 7
      2
      Réalisez une ligature pour maintenir la croisée en place. Il s’agit de tresser avec deux brins de clôture pour bâtir une base solide pour le panier. Séparez les deux brins de clôture que vous avez introduits dans la croisée et pliez-les vers la droite de façon à ce qu’ils croisent le groupe de quatre bâtons de croisée adjacent.
    • Faites passer un brin par-dessus les bâtons et l’autre par-dessous et ramenez-les l’un vers l’autre du côté droit des bâtons.
    • Ensuite, prenez le brin de clôture du bas et faites-le passer par-dessus le groupe de bâtons de croisée suivant, puis faites passer le brin de clôture du haut par-dessous ces bâtons de croisée.
    • Faites tourner la croisée et continuez de tresser en faisant passer le brin de clôture du bas par-dessus les bâtons de croisée suivants et le brin du haut par-dessous les bâtons. Continuez de tresser autour des quatre sections de la croisée jusqu’à ce que vous ayez créé deux cercles avec vos brins de clôture.

      • Assurez-vous que lorsque vous tressez vos brins vont tous dans le même sens.
      • Ne tressez pas de manière trop lâche, les brins doivent être bien serrés ensemble.
    • Image intitulée Weave a Basket Step 8
      3

      Séparez les bâtons de croisée. Au troisième tour de la ligature, il faut séparer les bâtons de croisée individuels pour créer la forme circulaire du fond de votre panier. Au lieu de tresser la ligature autour des groupes de bâtons de croisée, il s’agit à présent de les séparer et de tresser autour de chaque bâton individuel en employant exactement la même technique de tressage.

      • Ce travail sera peut-être plus facile si vous commencez par plier chaque bâton de croisée vers l’extérieur de manière à ce qu’ils se déploient comme les rayons d’une roue [5] . Assurez-vous que les espaces entre les bâtons de croisée sont tous identiques avant de commencer à tresser.
      • Continuez de tresser autour des bâtons de croisée jusqu’à ce que le fond du panier atteigne la taille désirée.
    • Image intitulée Weave a Basket Step 9
      4
      Ajoutez de nouveaux brins de clôture lorsque c’est nécessaire. Lorsque vous terminez un brin et qu’il faut le remplacer, choisissez-en un dont la taille est aussi proche que possible de celle du premier brin. À l’aide d’un couteau, taillez l’extrémité du nouveau brin en pointe. Introduisez cette extrémité entre les deux dernières rangées tressées et pliez le brin de façon à ce qu’il suive le chemin du brin de clôture précédent.
    • Assurez-vous qu’il tient fermement en place puis coupez l’extrémité de l’ancien brin de clôture à l’aide de sécateurs. Continuez le tressage en vous servant du nouveau brin de clôture.

      • Ne remplacez pas plus d’un brin de clôture à la fois. Si vous remplacez deux brins ou plus au même endroit, vous risquez de fragiliser cette partie du panier.
    Partie3

    Tresser les côtés

    1. Image intitulée Weave a Basket Step 10
      1
      Posez les montants du panier. Prenez huit longs brins de diamètre moyen qui serviront de montants. Les montants sont les osiers verticaux qui forment la charpente pour les côtés du panier. Taillez les extrémités de ces brins en pointe avec votre couteau.

      Introduisez un montant entre chaque bâton de croisée en l’enfonçant dans le treillage aussi près que possible du centre.

      Relevez les montants pour qu’ils soient dressés vers le haut. À l’aide de sécateurs, taillez les bâtons de croisée pour qu’ils s’arrêtent au même niveau que le bord du treillis puis attachez les extrémités des montants ensemble pour qu’ils tiennent en place.
    2. Image intitulée Weave a Basket Step 11
      2

      Réalisez deux tours de torche à trois brins. Ce type de tressage est réalisé avec trois brins de clôture que l’on tresse avec les montants pour positionner ces derniers correctement. Prenez trois brins longs et fins. Taillez les extrémités en pointe. Introduisez les brins dans la base du panier à gauche de trois montants consécutifs. Réalisez deux tours de torche de la manière suivante.

      • Rabattez le brin de clôture le plus à gauche vers la droite en le faisant passer devant deux montants. Faites-le passer derrière le troisième montant puis ramenez-le vers l’avant de l’autre côté du montant.
      • Prenez le brin de clôture qui se trouve désormais le plus à gauche et rabattez-le vers la droite en passant devant deux montants. Faites-le passer derrière le troisième montant et ramenez-le vers l’avant.
      • Procédez de cette manière en prenant toujours le brin de clôture qui se trouve le plus à gauche jusqu’à ce que vous ayez réalisé deux tours de torche.
      • Détachez les hauts des montants.
    3. Image intitulée Weave a Basket Step 12
      3
      Ajoutez des brins de clôture aux côtés du panier. Prenez huit brins longs et fins. Taillez les extrémités en pointe avec un couteau. Introduisez un brin dans le panier, derrière un montant. Rabattez-le devant le montant à sa gauche, faites-le passer derrière le montant à gauche de celui-ci puis ramenez-le vers l’avant.
      Introduisez un deuxième brin de clôture derrière le montant à droite du point où vous avez introduit le premier brin et répétez l’opération :

      faites passer le brin devant le montant à sa gauche, derrière le montant suivant, et ramenez-le vers l’avant. Continuez d’ajouter des brins de clôture de cette façon jusqu’à ce qu’il y ait un brin de clôture à côté de chaque montant.

      • Lorsque vous introduirez les deux derniers brins de clôture, il faudra relever un peu les premiers brins pour qu’ils aient la place de s’introduire dessous. Pour ce faire, servez-vous d’un petit tournevis ou d’un long clou.
      • Il s’agit là d’une technique de clôture très populaire qui donne des côtés dressés bien réguliers.
    4. Image intitulée Weave a Basket Step 13
      4

      Tressez les côtés. Prenez un brin de clôture et faites-le passer devant le montant à sa gauche, derrière le montant suivant puis ramenez-le vers l’avant. Prenez le brin à droite du premier brin et faites-le passer devant le montant à sa gauche, derrière le montant suivant puis ramenez-le vers l’avant. Faites tout le tour du panier en utilisant cette technique de tressage, en travaillant toujours avec le brin de clôture situé à droite de celui utilisé juste avant.

      • Lorsque vous arriverez à votre point de départ, vous verrez qu’il reste deux brins de clôture derrière les deux derniers montants. Il faut tresser ces deux brins autour des montants. Tressez avec le brin du bas d’abord, puis avec celui du haut. Pour le dernier montant, tressez d’abord avec le brin du bas puis avec celui du haut.
      • Continuez de tresser jusqu’à ce que les côtés du panier aient atteint la hauteur désirée puis coupez les extrémités des brins de clôture.
    5. Image intitulée Weave a Basket Step 14
      5

      Fixez la clôture en place avec un tour de torche à trois brins. Prenez trois brins longs et fins. Taillez les extrémités en pointe. Introduisez chacun de ces brins à gauche de trois montants consécutifs. Exécutez un tour de torche de la façon suivante.

      • Rabattez le brin de clôture le plus à gauche vers la droite en le faisant passer devant deux montants. Faites-le passer derrière le montant suivant et ramenez-le vers l’avant.
      • Prenez le brin de clôture qui se trouve à présent le plus à gauche et rabattez-le vers la droite en passant devant deux montants. Faites-le passer derrière le montant suivant et ramenez-le vers l’avant.
      • Procédez de cette manière en prenant toujours le brin de clôture le plus à gauche jusqu’à ce que vous ayez réalisé un tour de torche à trois brins.
    6. Image intitulée Weave a Basket Step 15
      6

      Faites la bordure. Rabattez un des montants vers la droite et faites-le passer derrière les deux premiers montants adjacents. Faites-le passer devant les deux montants suivants. Faites-le passer derrière un cinquième montant puis ramenez-le vers l’avant. Répétez ce procédé avec le montant à droite de celui dont vous vous êtes servi juste avant.

      • Les deux derniers montants ne pourront pas être tressés autour des autres montants étant donné que ceux-ci auront tous été introduits dans la bordure. Au lieu de les tresser autour de montants, suivez le même procédé, mais faites passer leur extrémité dans la bordure.
      • Taillez les extrémités des montants tressés au niveau des côtés du panier.
    Partie4

    Fabriquer une anse

    1. Image intitulée Weave a Basket Step 16
      1
      Faites la base de l’anse. Prenez un brin d’osier large qui servira de base. Pliez-le en arc au-dessus du panier en tenant les extrémités en place pour voir jusqu’où vous voulez que votre anse monte. Coupez le brin à la bonne taille en laissant quelques centimètres en plus de chaque côté. Taillez les extrémités en pointe et introduisez-les dans le panier à côté de deux montants situés l’un en face de l’autre.
    2. Image intitulée Weave a Basket Step 17
      2
      Introduisez cinq brins fins dans le treillis à côté de l’anse. Taillez leurs extrémités en pointe et enfoncez les brins profondément dans le treillis l’un à côté de l’autre.
    3. Image intitulée Weave a Basket Step 18
      3
      Enroulez les brins autour de l’anse. Rassemblez les brins et enroulez-les autour de l’anse comme un ruban jusqu’à l’autre côté de l’anse. Assurez-vous que les brins restent bien à plat les uns à côté des autres. Glissez leurs extrémités dans la bordure du panier.
    4. Image intitulée Weave a Basket Step 19
      4
      Introduisez cinq brins fins de l’autre côté de l’anse. En travaillant dans la direction opposée, enroulez ces brins autour de l’anse pour combler les espaces où elle n’est pas déjà recouverte par le premier groupe de brins. Enroulez les brins autour de l’anse jusqu’à l’autre côté puis glissez les extrémités dans la bordure.
    5. Image intitulée Weave a Basket Step 20
      5
      Fixez les bouts de l’anse. Introduisez un brin fin dans le treillis à côté d’un des bouts de l’anse. Rabattez-le vers l’anse et enroulez-le autour du bout de celle-ci plusieurs fois pour maintenir les brins qui la constituent en place. Continuez d’enrouler le brin fermement autour de l’anse jusqu’à ce que le bout de celle-ci soit bien fixé puis passez l’extrémité du brin sous la dernière boucle qu’il forme, tirez pour qu’il se resserre et taillez l’extrémité. Fixez l’autre bout de l’anse de la même manière

Informations complémentaires

Dimensions (L x l x h)

Lg : 35cm / Lar : 15cm / H : 21.5 cm

made in

Tunisia

Marque

Couffin pour elle

Matériaux

contile, coton, Cuire, natte de jonc

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Sac à main ,couffin,panier (ena asla) 100%fait main”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *